TATAMI

à partir de
41119

Les Tatami sont confectionnés avec des chaumes de riz, rendus uniformes et liés avec une corde robuste, ils ont une épaisseur 6 cm.

FR- Descrizione completa
Effacer
UGS : ND Catégories : , Étiquette :
    Réinitialiser les options

Votre
configuration

Votre configuration

Effacer

FR-Descrizione:

Au japon, une natte remplace: le lit, les chaises, la table, le divan, les
fauteuils, son nom est TATAMI. Avec le tatami, les japonais recouvrent tous les sols de la maison. Les Tatami sont confectionnés avec des chaumes de riz, rendus uniformes et liés avec une corde robuste, ils ont une épaisseur 6 cm. eti ls sont revêtus d’une natte de paille. Les extrémités sont taillées carré avec une extrême précision et les deux côtés plus longs sont ourlés avec un ruban large de lin noir ou de coton; ceux des maisons nobiliaires ont sur le ruban des motifs ornementaux blanc et noir.

Quand vous marchez sur le Tatami celui ci cède légèrement à la pression du pied nu; les japonais laissent les chaussures à l’extérieur de leur maison et chaque bruit est atténué par leur douceur.
Au printemps, durant les premières journées de soleil, les tatamis sont enlevés et mis devant la maison pour les aérer, soutenus deux à deux comme des cartes de jeu.

Sur le Tatami les gens mangent, dorment et meurent; ils représentent en même temps le lit, la chaise, le fauteuil et parfois la table aussi.

Durant la nuit sur le Tatami on étend le Futon avec une couette comme couverture et le lit est déjà prêt. Au matin, tous ces objets sont mis dans une grande armoire à mur et la maison reprend l’atmosphère tranquille et typique des maisons japonaises.

MODE D’EMPLOI

Le Tatami est un produit naturel en paille de riz; la paille de riz n’est pas un aliment quelque soit le type d’acarien ou insecte, toutefois avec le temps les peaux mortes peuvent se déposer sur le Tatami en devenant une nourriture pour les acariens ou les insectes. Il faut donc passer l’aspirateur une fois par mois sur le Tatami et lui faire prendre l’air en déplaçant le matelas.

Pour le nettoyage ou l’élimination d’éventuels acariens ou insectes on conseille de le nettoyer avec un linge humidifié avec du vinaigre dilué 1 a 5 dans de l’ eau, ou la vaporisations d’antiparasitaire écologique à base de pyrèthre.

Le matelas posé sur le Tatami doit être aéré régulièrement (au moins une fois par mois) pour éviter toute humidité qui peut s’installer par notre corps ou bien au cours des mois les plus humides.

La procédure conseillée est::

  • ouvrir les fenêtres
  • déplacer le matelas du tatami
  • positionner le matelas de façon telle que le coté qui était en contact avec le tatami respire

Un défaut de conformité de l’article qui serait retourné sans avoir observé ces instructions ne pourra pas être imputé à Cinius et ne fera l’objet d’aucun échange ou remboursement de la part de Cinius.

QU’EST-CE QUE LE TATAMI

Les Tatamis représentent le sol de la maison traditionnelle japonaise, composés en trois parties: le rembourrage confectionné avec beaucoup de soin avec de la paille de riz rendue uniforme, croisée et liée solidement, jusqu’ à atteindre l’épaisseur de deux pouces ou plus, 6 cm environ, et d’un poids de 30 Kg environ, le revêtement extérieur visible est une natte de paille “igusa” plus ou moins raffinée.

La paille de la meilleure qualité doit être longue mais, comme le fauchage mécanisé la coupe en petits morceaux, on a du faire appel à l’importation de Taiwan.
Les bords sont carrés avec précision, afin de permettre d’être flanqués ou alignés plus facilement, et ceux des deux cotés plus longs sont ourlés en haut et sur le coté avec une bande “heri” de lin ou coton, de couleur noir pour ceux plus communs, on peut les trouver, surtout dans les maison le plus prestigieuses, ourlés avec bandes de tissus différents et décorées avec idéogrammes ou symboles stylisés, comme par exemple le chrysanthème, un des symboles du Japon.

La fabrication artisanale des Tatamis est confiée à plusieurs personnes, toutes spécialisées dans chacune des trois parties de la confection d’ un tatami ainsi que pour et l’assemblage et la finition de celui ci..
Les matériaux qui composent les Tatamis sont tous naturels et en font un produit écologique, totalement biodégradable. Ces autres caractéristiques sont de procurer un grand confort tout en formant un sol épousant parfaitement le sol sans l’aide d’adhésifs en offrant une grande isolation thermo-acoustique.

La surface est compacte lorsqu’on y marche dessus nus-pied ou avec le Tabi, la typique chaussette japonaise avec le pouce séparé; La coutume est de laisser ses chaussures à l’extérieur de la maison afin de ne pas froisser les personnes qui y habitent, les Tatamis cèdent légèrement à la pression du pied en provocant une agréable sensation de contact avec le sol.

Les Tatamis dans le temps sont devenus de vraies unités de mesure, l’Architecte projetant toujours des pièces qui contiennent un nombre déterminé de Tatamis. L’intérieur de la maison n’est pas conçu pour se protéger de la nature mais pour s’intégrer avec elle en harmonie et équilibre.
Les moines du Bouddhistes zen dans les périodes Muromachi et Momoyama ont si bien exprimé et formulé cet idéal que toute la société japonaise aspire à vivre selon ces principes. De ce fait, les pièces semblent parler à l’esprit en apportant calme et équilibre.

Minimalisme et simplicité sont les caractéristiques que la philosophie zen a transmis aux intérieurs traditionnels japonais. On atteint cet effet par le rythme des surfaces verticales “cloisons shoji et fusuma” et horizontales avec les Tatamis, matériaux et couleurs naturels.

Sensiblement à la même période, Leonardo da Vinci a développé le système sur lequel les dimensions étaient basées sur les proportions du corps humain pour les appliquer en architecture. Les artisans et les constructeurs japonais utilisaient les dimensions standard des tatamis.

À titre indicatif, les Tatamis correspondent à l’espace occupé par une personne allongée; les mesures les plus fréquentes (mais elle peuvent varier selon la province) sont 90x180cm ou 85x180cm, il y a aussi les demi Tatamis qui sont de 90x90cm o 85x85cm, la pièce conçu avec ces dernières dimensions au sol est appelée “washitsu”, alors que quand on parle d’une pièce à l’occidentale on utilise le terme de : “yoshitsu”.

Au printemps pendant les premières journées de soleil, les Tatamis sont déplacés pour être mis devant la maison afin de les aérer, posés deux par deux comme des cartes de jeux.

L’HISTOIRE DU TATAMI

Quelques références historiques pour mieux comprendre l’évolution des Tatamis au cours des siècles:
La première utilisation de l’ancêtre des Tatamis, qui remonte vers le huitième siècle période “Nara”, doit être attribué à l’empereur “Shomu” qui utilisait une natte de paille pour dormir, et seulement dans la deuxième moitié de la période “Heian” cette coutume s’est diffusé, notamment lorsqu’ en présence d’un illustre invité, on étendait des nattes rondes “Enza” pour s’y asseoir et ensuite et jusqu’au XV siècle des nattes longues “Goza” pour y dormir.
Le nom Tatami, déjà utilisé dans la période “Heian”, indiquait nattes que l’on pouvait replier et empiler du verbe “tatamu” qui a cette signification.

Ce fut vers le XVI siècle, période “Muromachi”, dans le fief de “Bingo” (dans l’actuelle préfecture de Hiroshima) que l’on a introduit l’utilisation de paille de jonc pour la confection des tatamis.
Pendant longtemps les souverains de la région de “Bingo” ont essayé de tenir la technique de fabrication des tatamis secrète qui étaient diffusés et utilisés dans les maisons de gens modestes, C’est pourquoi, il faudra attendre la fin du XIX siècle période “Meiji”, pour que ces produits deviennent ce que nous connaissons aujourd’hui : la natte de l’empereur en Tatami, l’ “enza” dans le “zabuton” coussin confortable rembourré, la “goza” dans le “shikibuton” ou “futon” confortable matelas détendu sur les Tatamis.
L’utilisation des Tatamis se diffusera à part pour les maisons des nobles ainsi que dans les bâtiments religieux, temples et monastères bouddhistes et shintoïstes.

Les Tatami après avoir obtenu la forme d’aujourd’hui ont du résister aussi aux attaques de la modernisation qui a bouleversé les canons de la construction, l’ameublement et les espaces des maisons.
Les japonais modernes essayent de maintenir la tradition, en équipant au moins une pièce de leur maison avec les Tatamis qui deviennent l’élément central de la maison en transmettant à travers son unique et agréable parfum, sa couleur tendre et relaxante, une chaude et sereine ambiance.
Les Tatamis accompagnent la vie de la famille et la vie individuelle: les repas, la traditionnelle cérémonie du thé, les relations sociales, la prière, l’amour et aussi la mort.

L’utilisation des Tatamis est conseillée à tous ceux qui veulent faire de la maison une oasis de sérénité, en obtenant à nouveau le plaisir de marcher au contact avec la nature, sans vouloir renoncer mais bien au contraire, accroître la notion de confort et d’esthétisme, pour celui qui est toujours plus attentif à l’utilisation de matériaux naturels qui n’incident pas sur l’écosystème. Selon une pensée philosophique les Tatamis ne sont pas seulement un lieu physique mais une porte d’accès à la Conscience, la possibilité, aussi dans de petites pièces, d’étendre son propre espace.

La croissante préoccupation des architectes à ne pas faire de la maison un dortoir mais un lieu de vie ouvert fait en sorte que le choix des Tatamis soit presque une obligation, une base pour imposer la notion d’espace, que ce soit d’un point de vue du choix des matériaux que d’ un point de vue purement économique.